Les vertus du jeûne et ses contre-indications

L'avis de Valérie Vidal, bionutritionniste

L’avis de Valérie Vidal, bionutritionniste

Le jeûne est une méthode ancestrale dont les bienfaits préventifs et thérapeutiques sont aujourd’hui scientifiquement reconnus. Objectifs : reposer, détoxiquer et régénérer l’organisme. Mais sa pratique, qui nécessite de prendre quelques précautions, présente dans certains cas des contre-indications.

L’avis de Valérie Vidal, bionutritionniste

Au sens strict du terme, le jeûne consiste à n’absorber aucune nourriture. Il existe traditionnellement deux formes de jeûne intégral, le jeûne hydrique qui autorise à boire de l’eau, et le jeûne sec. Ce dernier s’applique dans un but thérapeutique bien précis, sur une très courte durée et sous surveillance, il est peu pratiqué. Plus récemment des versions de jeûne partiel ou jeûne modifié ont vu le jour ; ils intègrent des jus de légumes ou d’herbe de blé ou d’orge ou encore du bouillon, des jus de fruits, des tisanes sucrées au miel, etc.

Quels sont les bénéfices du jeûne intégral ?

Sur le plan physiologique, le jeûne intégral à l’eau ou à la tisane non sucrée permet de désintoxiquer en profondeur l’organisme. Ce nettoyage a une action préventive et curative sur de nombreuses maladies en lien avec un état de surcharge de l’organisme. Toutes les situations de surcharges ou de carences ont une incidence plus ou moins directe sur le potentiel de toutes les fonctions cellulaires et métaboliques ; à long terme, elles creusent le lit des véritables maladies et entravent l’expression optimale des phénomènes d’auto-guérison. Au niveau psychique, le jeûne apporte une grande clarté mentale, précieuse lorsqu’il y a d’importantes décisions à prendre ou pour faire un point sur sa vie. Dans de nombreuses traditions, il est pratiqué afin de purifier l’esprit, d’atteindre un état de conscience plus clairvoyant.

Dans quelles affections est-il particulièrement indiqué ?

Diverses études scientifiques ont démontré l’influence positive du jeûne dans de nombreuses pathologies, en particulier les maladies de peau, les maladies inflammatoires dont l’arthrite rhumatoïde, les maladies cardio-vasculaires dont l’athérosclérose, l’angine de poitrine, l’hypertension, et aussi l’asthme, les allergies, etc.

Permet-il de maigrir ?

Il est bien évident que lorsqu’on cesse de manger, on perd du poids. Le jeûne ne constitue cependant pas une manière efficace de maigrir à long terme s’il n’est pas accompagné d’une remise en cause des habitudes alimentaires. Bien souvent, les kilos perdus pendant la période de jeûne sont repris rapidement, du fait du chamboulement du métabolisme. Cependant jeûner peut aider à établir une autre relation à la nourriture, à devenir plus attentif aux saveurs, aux quantités,à manger plus lentement, ce qui est utile dans une démarche de perte de poids.

Est-ce que tout le monde peut jeûner ?

Il y a des contre-indications au jeûne. Avant d’en entreprendre un de plusieurs jours, il est recommandé de vérifier son état de santé auprès d’un médecin, particulièrement pour les personnes affectées par une maladie ou sous médication. S’il s’agit d’une première expérience, il est préférable de rejoindre un groupe supervisé par un professionnel compétent. Une personne en bonne santé peut pratiquer des jeûnes de courte durée sans danger. Le respect de certaines règles rend l’expérience plus confortable et évite en particulier de souffrir de symptômes d’élimination trop intenses ou de troubles digestifs.

Quelles sont les règles à observer ?

Tout d’abord prévoir une phase préparatoire qui consiste à réduire progressivement sa ration alimentaire et à supprimer peu à peu les produits d’origine animale, les excitants, etc.Durant cette étape, purger l’intestin avec par exemple du chlorure de magnésium, du jus d’aloe vera, des tisanes de plantes laxatives. Puis, durant le jeûne, se mettre au repos, idéalement, au contact de la nature dans un environnement calme, ressourçant, à l’abri des conflits, au chaud. S’adonner à des activités de détente, de relaxation, à la lecture, à une pratique artistique… Procéder régulièrement à un lavement intestinal à l’aide d’une poche spécifique. Boire des tisanes pour réchauffer le corps et l’esprit et accompagner le drainage des toxines, par exemple avec du thym, du romarin, de l’aubier de tilleul. Enfin, sortir du jeûne en revenant progressivement à unealimentation normale. Plus la durée du jeûne est longue, plus les phases de préparation et de reprise sur le plan alimentaire doivent être longues. Pour une journée de jeûne, une journée de préparation et de reprise suffit.

Lors d’une première expérience de jeûne long, mieux vaut rejoindre un groupe supervisé par un professionnel compétent.

Lors d’une première expérience de jeûne long, mieux vaut rejoindre un groupe supervisé par un professionnel compétent.

Qu’est-ce qu’un symptôme d’élimination ?

Durant le jeûne, une masse importante de toxines accumulées dans l’organisme est mise en circulation et conduite vers les organes d’élimination. Cela peut provoquer des maux de tête, des nausées, des irritations cutanées, des douleurs musculaires, des odeurs corporelles fortes : haleine,transpiration… Ces symptômes sont proportionnels au niveau de surcharges de l’organisme et ils sont généralement momentanés. S’ils viennent à durer, mieux vaut consulter.

Que faire si on a faim ?

Accepter la faim, sachant qu’elle sera passagère, s’occuper pour ne pas focaliser dessus. La faim est souvent ressentie les premiers jours, puis elle disparaît et fait place à un sentiment de légèreté et souvent à une certaine euphorie.

Quelles sont les contre-indications ?

Jeûner nécessite une certaine vitalité, or certaines maladies comme le sida et certaines formes de cancer affaiblissent l’organisme et jeûner pourrait aggraver l’état de dévitalisation.De même, les maladies affectant les organes d’élimination très sollicités par le jeûne, comme le foie et les reins, sont des contre-indications absolues au jeûne. Tout comme le diabète insulino-dépendant, la faiblesse et l’arythmie cardiaques, l’anorexie, la boulimie, la grossesse, l’allaitement… Il existeaussi des contre-indications relatives comme la maigreur, une tension artérielle basse, le 3e et 4e âge, la convalescence… Mieux vaut consulter un thérapeute avisé avant d’entreprendre un jeûne et prévoir une supervision médicale en cas de jeûne prolongé (plus d’une semaine).

À quelle fréquence, combien de temps jeûner ?

La fréquence et la durée du jeûne s’envisagent individuellement en fonction de l’âge, du poids, de la vitalité de la personne, de son degré d’intoxication, de son état de santé, de sa condition psychologique, etc. De manière générale, mieux vaut privilégier la régularité que la durée : un jour par mois, une semaine par an par exemple. La durée peut aussi évoluer en fonction de la façon dont est vécue l’expérience. Certaines écoles recommandent de ne cesser de jeûner que lorsque la langue est propre, l’urine claire et que la faim réapparaît, ce qui signifie que l’organisme a terminé sa détoxination et qui suppose un jeûne d’assez longue durée, déconseillé aux jeûneurs inexpérimentés. Mieux vaut commencer par des jeûnes de courte durée et, peu à peu, augmenter le nombre de jours. Certains auront beaucoup de difficultés, sur les plans physiques ou psychologiques, à jeûner totalement, même durant un seul jour, dans ce cas on peut envisager un jeûne partiel, ou une monodiète. Les monodiètes s’intègrent plus facilement dans notre vie sociale, elles sont plus douces pour le corps, mieux acceptées psychologiquement, mais les résultats en termes de désintoxination sont deux à trois fois plus longs à obtenir qu’avec un jeûne intégral ou partiel.

Nettoyer l’organisme par l’intermédiaire d’un jeûne adapté permet d’assainir l’organisme et de se maintenir en bonne santé.

Nettoyer l’organisme par l’intermédiaire d’un jeûne adapté permet d’assainir l’organisme et de se maintenir en bonne santé.

Quel aliment choisir pour un jeûne partiel ?

Le jeûne partiel intègre plutôt des boissons que des aliments. Il convient de choisir la boisson en fonction du but recherché. Le bouillon de légumes apporte un confort psychologique. Les jus de légumes sont plus nourrissants. En fonction du jus choisi, on apportera des nutriments spécifiques et on bénéficiera de propriétés particulières sur les différents organes du corps. Le jus de carotte, par exemple, stimule les fonctions hépatiques et le système immunitaire. Il peut constituer la base d’un cocktail dans lequel on peut mettre un peu de betterave, de fenouil, de céleri… Les jus doivent être préparés fraîchement à la centrifugeuse ou mieux, à l’aide d’un extracteur. Le jus d’herbe de blé ou d’orge est un complément intéressant durant le jeûne, il accompagne la détoxination, notamment la désacidification et apporte un concentré naturel de vitamines, minéraux et enzymes pour une action revitalisante. Il peut être consommé seul ou ajouté aux jus de légumes.

Ce sujet vous intéresse ? 

Réagissez en commentant ci-dessous

  • Yacine

    Quelle est la durée du jeûne par jour, est ce du lever de soliel au coucher comme pour les pays musulmans, ou c’est un nombre minimum d’heures de jeûne….et si c’est le cas est ce que le jeûne nocturne peut être considéré avec les mêmes bénéfices

    • waloo

      Un jeûne d’une journée n’a strictement aucun intérêt. Il faut compter au minimum 48 h pour qu’il soit intéressant d’un point de vue physiologique.

      Ne pas manger le jour et se goinfrer le soir est même néfaste physiologiquement parlant

  • J P ERBS

    Pour l’avoir beaucoup pratiqué, je puis vous dire que selon votre forme physique , et surtout mentale, la meilleure durée est celle que vous pouvez supporter sans difficultés particulières.

    J’ai fait une mono-diète de 94 jours dans des conditions difficiles (emprisonnement) sans problèmes autres que le « maladies » de jeûne, crise de goutte, boutons etc tout est rentré dans l’ordre.

    Bon courage.

    Jean Pierre

  • P Gagneux

    pouvez vous me communiquer les références des études évoquées au début de votre texte svp (« Diverses études scientifiques ont démontré l’influence positive du jeûne dans de nombreuses pathologies, en particulier les maladies de peau, les maladies inflammatoires dont l’arthrite rhumatoïde, les maladies cardio-vasculaires dont l’athérosclérose, l’angine de poitrine, l’hypertension, et aussi l’asthme, les allergies, etc. »)
    par avance,je vous remercie

  • david

    bonjours valerie , je voudrais savoir si le faites de jeuner ça peut augmenter l efficacité d une tisane pour le sommeil ? car j ai remarquer que lorsque je bois une tisane pour dormir , le sommeil ne vient pas tout de suite , j aimerais avoir des conseils . je vous remercie de bien vouloir me repondre.

  • vent froid

    En tout cas je ne croyais pas que le jeûne soit aussi agréable à réaliser!
    Pas de sensation de faim,pas de faiblesse tout roule même après bientôt quatre jours de jeûne total

  • Fransua

    estce que dans le cas d’un adenome protatique le jeûne s’avére benefique ou déconseillé? merci

  • Guenadez yazid

    Bonsoir , vous savez que la cellule cacéreuse est trés gourmande, il lui faut beaucoup d’energie , autrement dit de nutriments, contrairement à la cellule normale, cette dernière si on la stresse par une privation de nutriments elle se recroville sur elle même, et se met en mode veille, par contre la cellule cancéreuse si nous la privons de nutriments elle meurt ( l’Apoptose), voila le secret du jeûne, ce mail est une réponse à Monsieur Fransua.

    A En un mot le jeûne est anti cancer.

    bientôt

  • William

    Bonjour,

            Je fais de l’acidose depuis longtemps, j’ai eu le palais irrité pendant 1 an et je ne m’en suis pas alerté. Résultat : j’ai développé une pharyngite chronique (pharynx irrité) et l’irritation est remontée plus haut du côté droit et me provoque un acouphène. L’ORL m’a dit que je souffrais de la « pléthore ». Effectivement, j’ai de l’embonpoint et un style de nourriture acide (kebab, pâte …) et ce, depuis l’enfance (j’ai 25 ans). Mon ORL m’a donc conseillé de manger moins et de supprimer certains aliments. Depuis 2 mois déjà, je ne mange plus de sucres rapides ni de féculents (du millet occasionnellement…), car à chaque fois que j’en consomme mon pharynx brûle littéralement, je fais donc un régime anti-inflammatoire et l’inflammation chronique recule très très lentement. 
    J’aimerai jeûner pour amorcer un processus de dé-sinflammation interne,
    j’ai vu que le jeûne a des vertus anti-inflammatoires, de plus, jeûner est quelque chose qui me parle intérieurement actuellement et je n’ai aucune maladie ou contre indication particulière. 
    Pour la pratique, je sais qu’il faut s’écouter, mais vu la forte inflammation que j’ai (de l’estomac jusqu’à l’oreille droite), combien de temps faudrait-il, au minimum, pour que le jeûne est un impact « positif » ?
    J’ai déjà pratiquer des petits jeûnes au court de mon adolescence …

    Je vous remercie d’avance.

    (les gens pas sûrs de ce qu’ils disent, s’abstenir de répondre)

    Merci.

    William

    • reino

      Bonjour, je suis heureux de constater qu’un ‘jeune’ prend conscience de sa santé et qu’avec le jeûne il y a de belles possibilités. Je suis naturopathe et pense pouvoir vous conseiller! Il me semble que vous pourriez être capable de faire un jeûne hydrique (eau) pendant 7 jours, à chaque changement de saison… J’ai 58 ans et je jeûne depuis mes 18 ans chaque dimanche, à chaque changement de saison je le fais pdt 7 jours, des fois bien plus, mais n’allons pas trop vite. Il faut un mental, savoir ‘méditer’ se relaxer. Toujours rester positif. SI VOUS ETES EN BONNE SANTE, aucun souci, il suffit juste de vous y mettre. Courage et bonne santé.

  • momo

    très bien ce résultat:mais j’ai la crainte d’essayer car :hypertention, trop de fer et un peu de cholestérol me font craindre des malaises à l,arrêt de la nourriture solide.Je me vois mal prendre l’avis de mon médecin…..
    Quelqu’un peut-il me conseiller ?

    • neant

      Momo , le jeûne est efficace contre l’hypertension et le cholestérol .

      Maintenant si tu as peur du jeûne , il ne sera pas efficace , et pour éviter d’avoir peu des symptômes que tu décris ( malaises ) , prépare ton organisme au jeûne en commençant par moins manger et pour finir par une cure de poireau / carottes cuite à l’eau plusieurs fois juste avant le début de ton jeûne.

      Ensuite tu pourras entamer ton jeûne avec sérénité , les symptômes du jeûne ( faiblesse , vomissement éventuels … ) en serons très fortement amoindrit . 

  • afromember
  • Pingback: Vous ferez bien un petit jeûne ? | Yogaventure - Le blog

  • GUENADEZ YAZID

    Ne vous en faites pas le jeûne ne peut vous faire

    que du bien, vous savez que l »être humain n’a pas besoin de tant d’
    aliments par jour, c’est à dire petit déjeuner, déjeuner, gouter, diner….. ce n’est qu’une croyance,notre organisme est d’une résistance hors du commun ,mettez le à l’èpreuve et vous allez voir,vous constaterez que notre corps fait des prouesse à jeûn, faites une étude rétrospective et vous constaterez que les gens qui vivent le plus longtemps ce sont ceux dont le corps a été soumis à une longue période de privation à savoir emprisonnement…..je vous cite quelques exemple: Nelson Mandela 25 ans de prison, Ahmed Benbella 25 ans….ce dernier est mort chargé d’ans quant à Mandela il lutte toujours contre son infection pulmonaire ,d’une manière simpliste essayons comment agit le jeûne bénéfiquement sur notre corps, un individu normal qui ne jeûne pas à toujours l’estomac plein,par conséquent l’organisme s’attèle à métaboliser les aliments, les transformer en utilisant plusieurs voies, celle des pentoses,cycle de Krebs, glycogenogenèse ….donc tout le temps affairé, par contre un individu qui jeûne a toujours l’estomac vide, une charge au moins pour le corps, celui ci change d’occupation ,il restaure tout ce qui est défectueux,répare, puisqu’il n’est pas dérangé par les apports alimentaires, (il restaure le vue l’odorat, tout , tout, tout ….. c’est l’expérience qui parle.) voila grosso modo comment le jeûne agit favorablement sur notre corps.

  • ANTA DIOUF

    Ce qu’a dit GUENADEZ est très vrai.J’applaudis

  • jenni

    combien de temps faut t’il jeûné 

  • laurent

    Tout d’abord un grand bravo aux internautes qui ont eu  le courage de faire le jeune.Je pratique le jeune fréquemment je dois dire que je me sens bien.Un des grands problèmes de l’alimentation moderne,du moins en Occident,est la surabondance de nourriture .On mange trop de viande et trop de lait.Pensez manger de la viande comme récemment mélangée avec des carcasses (cadavres)de cheval ,avec quelques fois mélangé de l’âne et du porc. Sans compter les doses massives d’antibiotiques données à titre préventif aux animaux .Rappelons nous il y a quelques années les vaches nourries avec des farines animales.Est il normal de donner à un vache de la viande? Malheureusement  ces mêmes farines animales sont de nouveau autorisées par la commission Européenne pour nourrir les poissons d’élevage. On pense manger du poisson à la place de la viande et l’on mange les deux pour le prix d’un mais avec quelles conséquences ?On nous fait croire que le lait est indispensable pour prévenir l’ostéoporose .Si cela était vrai pourquoi les pays Asiatiques qui n’en consomme pas vont ils bien ? Pour prévenir l’ostéoporose ,il faut du soleil,de l’exercice et manger certains légumes ,tout en limitant voire finir la consommation d’alcool.Dans les grandes religions on cite le jeune et ce n’est pas par hasard .L’action bienfaisante est connue ,naturellement sauf dans certains cas de faiblesse ou de maladies.On parle d’un Vénitien qui a vécu ses premières années dans les fêtes et les banquets,puis a décidé de restreindre l’apport calorifique.On dit qu’il a vécu plus de 100 ans .Naturellement aussi il ne faut pas avoir à faire de travail exténuants car sinon ce genre de régime serait délétère .  Voir  http://www.inserm.fr/l-inserm-et-vous/espace-journalistes/l-autophagie-cellulaire-une-cle-du-succes-des-chimiotherapies-via-une-reponse-immunitaire-specifique

  • Pingback: Trois jours sans manger. | EclectiK Girl

Jardin

A lire : « La…

Créatrice du Conservatoire végétal d’Aquitaine, Évelyne Leterme prospecte …

Habitat

Une piscine écologique en bois…

Que diriez-vous de plonger cet été dans un …