Grignoter c’est absorber presque automatiquement des aliments par petites quantités fractionnées, sans avoir envie d’un aliment spécifique. Il s’agit d’un véritable « laisser-aller » face à la nourriture. Les personnes qui grignotent ont généralement une préférence pour les aliments gras sucrés, comme les pâtisseries, les viennoiseries, les biscuits, les barres chocolatées et les chips. Cette façon de se nourrir est déconseillée et a même des conséquences négatives sur la santé.

Survenue du Diabète et du surpoids

 

Si vous passez votre temps à grignoter, vous vous exposez au diabète et au surpoids. Sachez qu’à force d’ingérer des produits sucrés de nombreuses fois dans la journée, vous finirez par fatiguer votre pancréas. La conséquence est la survenue du syndrome métabolique qui engendre plusieurs problèmes, dont le diabète, le surpoids, l’hypertension et l’hypercholestérolémie.

Le glucose est stocké dans le foie et dans les muscles par l’insuline. Il est sous forme de glycogène. L’insuline favorise aussi l’excès du sucre sous forme de graisse dans les adipocytes. C’est à partir de là que la prise de poids est effective. Le grignotage peut provoquer une stéatose hépatique, ce qui veut dire que le foie devient graisseux. Les récepteurs aux glucoses deviennent moins performants au fil du temps, ce qui engendre une résistance à l’insuline. C’est ainsi qu’apparait le diabète de type 2. Il est donc très important de prendre des dispositions afin d’éviter le grignotage qui est dangereux pour la santé.

Déprogrammation de la digestion et pullulation bactérienne

 

Entre les repas, il est recommandé de laisser des temps de repos. En dehors des moments de digestion, l’intestin s’auto-nettoie grâce à une onde péristaltique appelé complexe inter digestif migrant (CMI). Si vous ne laissez pas un temps de repos suffisant entre vos repas, vous stopperez le nettoyage automatique de vos intestins. Par exemple si après avoir mangé à 12 h, vous vous alimentez une ou deux heures après, vous pouvez arrêter votre digestion. Il se produira alors une fermentation du contenu du bol alimentaire, ce qui imposera à votre cerveau de faire une reprogrammation de la digestion. En plus, cette situation entrainera une dilatation de l’estomac ainsi qu’une pullulation bactérienne. La saturation de votre digestion par de nouveaux aliments provoquera une non-absorption d’une quantité d’aliments que les bactéries du colon utiliseront comme repas. Cela favorisera leur prolifération. Ces bactéries du colon finissent par se ruer vers l’intestin grêle, avec comme conséquence une malabsorption et une perméabilité intestinale.

Des infections chroniques à craindre

 

Par ailleurs, le grignotage vous expose à des infections chroniques. Votre digestion n’étant pas parfaite, il se produira un afflux de sang plus important qui peut se répandre aux voies ORL, ce qui entraine une hypersécrétion de mucus par les muqueuses. Le développement des micro-organismes se fera alors de façon significative.

Évitez donc le grignotage si vous avez à cœur de conserver une bonne santé. Pour faciliter la digestion, il est possible dans certains cas particuliers de fractionner l’alimentation en de mini repas. Mais faites en sorte que vos petits repas apportent des glucides à faible index glycémique pour ne pas faire fluctuer la glycémie. Comprenez qu’il y a une différence entre grignotages et les mini repas fractionnés qui sont pris en vue d’atteindre un objectif nutritionnel particulier.