La grossesse est une période délicate au cours de laquelle il est important d’être particulièrement vigilante sur ce que l’on consomme dans le quotidien ou encore les activités sportives que l’on pratique. Si l’on connaît ce qui est à éviter en termes de nourritures, de boissons, ou de sports, qu’en est-il des ingrédients déconseillés dans les cosmétiques ? En effet, ce que l’on met sur la peau n’est pas toujours anodin, aussi bien pour soi que pour bébé. Afin d’apporter plus de visibilité sur le sujet, focus sur deux principaux ingrédients cosmétiques à éviter pendant la grossesse.

Les perturbateurs endocriniens

Depuis les années 1990, les perturbateurs endocriniens sont une catégorie d’ingrédients qui ont beaucoup fait parler d’eux, notamment les parabens et le Bisphenol, désormais interdits. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), on entend par perturbateurs endocriniens des substances chimiques qui peuvent perturber notre système endocrinien. Or, il faut savoir que le système endocrinien régule la sécrétion d’hormones dans le corps. Ces dernières tiennent des rôles essentiels à de nombreux niveaux, notamment sur la croissance, le métabolisme, l’humeur, le développement, etc.

La grossesse est un stade de la vie de la femme qui est particulièrement régie par la sécrétion d’hormones, à l’instar des œstrogènes et de la progestérone et bien d’autres hormones de grossesse. L’exposition liée aux perturbateurs endocriniens au cours de la grossesse peut induire de nombreux risques, notamment un poids et/ou un périmètre crânien plus élevés ou plus faibles que la normale, des malformations génitales, etc. Ces ingrédients sont souvent présents dans les rouges à lèvres, le maquillage, les vernis à ongles. Ainsi, il est important de bien vérifier les composants de ces types de cosmétiques avant de les utiliser durant la grossesse. L’idéal est de choisir des produits à base d’ingrédients cosmétiques naturels.

Les huiles essentielles

De nos jours, les huiles essentielles occupent une grande place dans le domaine des cosmétiques, particulièrement dans le cosmétique bio. On les retrouve aussi bien dans les produits de soin pour le visage que pour la peau ou encore pour les cheveux. Pourtant, en raison de leurs principes actifs puissants qui pénètrent dans le sang, une grande majorité d’huiles essentielles sont à éviter pendant la grossesse. D’une manière générale et par principe de précaution, l’utilisation d’huiles essentielles est à proscrire au moins durant le premier trimestre de grossesse.

Tout au long de la grossesse, si la femme enceinte souhaite vraiment utiliser des huiles essentielles, elle devra impérativement demander conseil à son médecin ou à un pharmacien spécialisé dans les huiles essentielles avant de se lancer. Ces professionnels donneront les recommandations adéquates sur les types d’huiles essentielles à privilégier et les doses permises.

À titre d’information, les huiles essentielles à base de cétones sont proscrites chez la femme enceinte. Étant potentiellement neurotoxiques, elles augmentent les risques d’avortement. Les huiles essentielles ayant une action sur le système hormonal sont également des ingrédients cosmétiques interdites pendant la grossesse. Elles ne doivent absolument pas être utilisées, ni par voie orale ni en application locale sur le ventre ou la poitrine. En revanche, les femmes enceintes peuvent utiliser les huiles végétales, telles que l’huile d’avocat ou de rose musquée.