Langage naturel et ancestral, le massage détend, relaxe, vivifie… Certaines cultures, notamment en Orient, l’intègrent dans leurs médecines traditionnelles. En vogue aujourd’hui en Occident, il entre même dans les hôpitaux et les entreprises et s’avère bénéfique à tous les âges.

Des bébés aux seniors, le massage convient à tous. Il existe des centaines de techniques différentes, certaines ancestrales,qui se nourrissent entre elles. En France, le terme “massage” est dédié aux masseurs kinésithérapeutes, dont la pratique est strictement réglementée, et qui peuvent agir sur le plan médical, pour des soins corporels, notamment en effectuant des rééducations. Ces praticiens doivent être titulaires d’un diplôme officiel d’état. Il existe aussi des méthodes alternatives, axées sur le bienêtre,prodiguées souvent en instituts, spa, thalassothérapie ou à domicile. Ils sont baptisés modelages, terme qui marque la différence. En réalité, le mot “massage” reste le plus usité. Des nombreuses écoles proposent des formations, plus ou moins sérieuses, pour obtenir ces compétences. Les diplômes d’esthéticiens(nes) contiennent aussi des apprentissages aux différentes sortes de massages. En l’absence de cadre légal, toutes sortes de prestations sont proposées, de différentes qualités, et gare aux dérives sectaires. Comment choisir ? Faire marcher le bouche à oreille avant de s’engager est de bon aloi, afin d’éviter les déconvenues de toutes sortes. “Face à cet engouement, il est nécessaire de réglementer la profession, en dehors de toute pratique médicale, indique la Fédération française des massages de bien-être. Les massages sont d’une efficacité indiscutable et d’utilité publique : ils contribuent à gérer le stress ambiant, à l’origine de nombreux maux.”

Des effets bénéfiques

Comment agissent les massages de bien-être ? “Règle de base : ils ne doivent jamais produire de sensations désagréables et doivent toujours respecter l’intégrité corporelle”, affirment les professionnels. Les zones douloureuses, s’il y en a, sont à effleurer avec beaucoup de précaution. Effectuées en direct au contact de la peau ou à travers les vêtements, les principales manipulations manuelles sont, en ordre d’intensité croissante, le lissage, le frottement, le pétrissage, la vibration. Outre l’effet apaisant apporté par le toucher, leurs impacts sont bénéfiques pour le corps dans sa globalité : ces différentes pressions relâchent les muscles, améliorent la circulation sanguine et lymphatique, assouplissent les articulations, réduisent la tension physique et nerveuse, améliorent la vitalité et le sommeil…

Masser bébé :
un moment privilégié Des études l’ont prouvé : effectué avec des gestes simples, doux et bienveillants, le massage de bébé influe positivement sur son développement physique et mental. Il renforce le lien affectif existant entre le parent et son enfant et développe son sentiment de sécurité. D’autres vertus lui sont attribuées : il améliore le fonctionnement de l’appareil digestif, ainsi que la qualité du sommeil. Il fluidifie la circulation des liquides physiologiques, et contribue à garder bébé en forme. Le massage de ses pieds et de ses mains, outre le jeu qu’il procure, provoque aussi une action tonifiante sur toutes les parties du corps. Bébé adore ! Malaxer doucement les petits doigts de pied agit sur toute la zone qui correspond aux sinus ; masser l’arête interne du pied provoque une stimulation de toute la colonne vertébrale… Les huiles de massage bio doivent être les plus apaisantes possibles, ; attention aux huiles irritantes.À défaut de les composer soi-même, il existe des gammes spécifiquement conçues pour les petits, à base de colza, riche en oméga 3, 6 et 9, et de macadamia, assouplissante et nourrissante, associés à des huiles essentielles de mandarine verte, de ylang ylang et basilic, agissant en synergie pour réconforter l’enfant après ses repas. On peut encore incorporer de l’huile essentielle de camomille pour son effet calmant…
L’embarras du choix

Les massages ou modelages se déclinent sous différentes techniques, évocatrices de voyages dans le temps et à travers le monde : le Shiatsu, d’origine japonaise, stimule les points traditionnels de l’acuponcture afin de rétablir l’équilibre énergétique du corps ; le Chinois, de tradition millénaire, agit par pressions le long des méridiens, pour rééquilibrer la circulation du Qi, c’est-à-dire de l’énergie vitale ; son proche cousin, le Thaï, est de la même veine ; l’Ayurvédique, méthode ancestrale indienne, est individualisé, en fonction de la constitution de chacun et de ses déséquilibres, soit long et enveloppant, soit plus stimulant ; le Suédois est plus intensif, avec des mouvements allant à l’inverse du flux lymphatique ; le Finlandais, destiné davantage aux sportifs, s’effectue avec les pouces ; le Californien, plus récent, datant de 1970, utilise de longs et lents mouvements, suivis de pressions plus accentuées… Huiles végétales et essentielles Des pierres chaudes à la réflexologie, d’autres variantes existent, d’origine traditionnelle ou mélanges de plusieurs techniques. Dans la pratique, la plupart utilisent, pour le toucher, des huiles végétales, notamment celle de sésame, parfois enrichies de plantes macérées ou d’huiles essentielles (exigez-les bio). Les huiles “sèches” comme celles de colza ou de macadamia sont également recommandées. Très fines, elles sont facilement absorbées par la peau et possèdent un arôme très discret et agréable. Pour les parfumer, quelques gouttes d’huile essentielle suffi sent. Celles-ci intensifieront les bienfaits du massage, le rendant plus relaxant, tonique ou vivifiant. L’arbre à thé (ou tea tree) est excellent contre les infections cutanées tandis que l’huile de genévrier soulage les douleurs. Une goutte d’huile essentielle de vanille améliore la relaxation. De nombreuses combinaisons sont possibles, à personnaliser selon ses attentes.

Composer son huile de massage
Personnaliser son huile de massage, rien de plus facile. Les magasins bio, comme certains sites internet, proposent de nombreux ingrédients. Mais attention de ne pas concocter un mélange, certes odorant, mais irritant pour la peau, surtout celle des enfants. Choisissez une huile vierge bio, d’argan, d’olive, de sésame ou de tournesol : son parfum, sa texture, ses propriétés sont les critères de choix essentiels. Respectez les dosages en huiles essentielles : leur grande concentration en principes actifs leur confère une action puissante. Il faut donc les diluer. La proportion d’huile essentielle ne doit pas dépasser 5 % pour un massage global. Évitez de mélanger plus de deux sortes d’huiles essentielles afin de pouvoir profiter pleinement de leurs bienfaits. Certaines ne conviennent pas aux femmes enceintes ou aux enfants en bas âge ; d’autres sont photosensibilisantes, donc non adaptées à une exposition au soleil, comme celles de bergamote, citron, orange ou mandarine.